L'iran depuis 1901

L'histoire récente de l'Iran est loin d'être un long fleuve tranquille que pourtant de remarquables richesses naturelles auraient pu assurer...
 
En 1901, William Knox d'Arcy, explorateur anglais, persuada le Shah de Perse de lui accorder pour soixante ans les droits miniers sur le pays en échange de quelques milliers de livres et de 16% sur le montant des recettes. Sept ans plus tard du pétrole y est découvert qui donnera naissance à l'Anglo-Persian Oil Company - future British Petroleum (BP) - à l'initiative d'une Grande-Bretagne à la recherche d'approvisionnements sûrs au Moyen-Orient.

En 1921, l'officier Reza Khan accéda au pouvoir par un coup d’État et fonda la dynastiePahlavi. Il engagea son pays sur la voie de la modernisation et obtint de meilleures conditions contractuelles avec BP. Pressions commerciales et politiques de la part de la Grande-Bretagne et de la Russie aidant, le Shah se rapprocha de l'Allemagne avant le début de la seconde guerre mondiale.

En 1941, La Grande-Bretagne et la Russie envahirent l'Iran et brisèrent la résistance : le Shah capitula, son fils monta sur le trône et déclara la guerre à l'Allemagne en 1943.

En 1951, et malgré ce rappel à l'ordre, l'Iran renouvela sa tentative d'émancipation de la tutelle britannique. Son premier ministre Mohammed Mossadeq nationalisa la concession de BP pour  financer la modernisation du pays, ce à quoi la Grande Bretagne répondit par un blocus et une citation de Mossadeq devant la Cour mondiale de justice qui statua en faveur de celui-ci. Malgré cela Mossadeq fut renversé en 1953 par une action conjointe des services secrets britanniques et de la CIA*. En conséquence, le Shah accorda des droits pétroliers à un consortium d'entreprises anglo-américaines qui régnèrent jusqu'en 1978, date à laquelle le Shah Reza Pahlavi refusa la proposition de BP de renouveler pour 25 ans sa concession d'extraction pétrolière.

Dans son livre « A Century of War : Anglo-American Oil and the New World Order » paru en 2004, William Engdah établit clairement le lien entre la révolution Khomeinienne qui mit l'Ayatollah au pouvoir en 1979 et les intérêts anglo-américains. Face au refus du Shah de renouveler la concession pétrolière, les services secrets britanniques et la CIA ont œuvré pour sa destitution et son remplacement par Khomeiny.

Cette décision de la part des stratèges anglo-saxons de favoriser l'islamisme radical au Moyen Orient s'explique par la volonté de dresser les pays arabes les uns contre les autres afin de:
1° éradiquer la montée en puissance des nationalismes arabes laïques engagés sur la voie de la modernisation ;
2° contrer l'influence soviétique dans la région et notamment de le combattre en Afghanistan par soldats islamistes interposés ;
3° fournir un nouvel ennemi crédible en lieu et place des soviétiques après la guerre froide.
Il est probable que, par la suite, la guerre Iran-Irak (80/88) ait été ourdie par les États-Unis afin d'affaiblir d'avantage encore les deux pays, l'Irak ayant alors été massivement approvisionnée en armement par les États-Unis.

PS: Plus récemment, en 2011 en Libye, BP n'a pas dérogé à ses méthodes comme l'atteste ce mail de Stratfor, la société de renseignement privé proche des états-majors américains, révélé par WikiLeaks: https://owni.fr/2012/03/06/guerre-libye-syrie-gi-files-wikileaks/

" Le gars britannique dit que la Grande-Bretagne est guidée par des intérêts énergétiques dans cette campagne. Depuis la marée noire [dans le Golfe du Mexique, NDLR], BP souffre aux États-Unis. Les autres options sont d’aller vers la Sibérie (problèmes avec la Russie), le Vietnam et… la Libye. Selon eux, le renversement de Kadhafi est le meilleur moyen de remplir ces objectifs énergétiques." 

* Des documents internes à la CIA datant des années '70, récemment déclassifiés et publiés le 19 août 2013, détaillent clairement le rôle de l'agence: "le coup d'Etat militaire qui a renversé Mossadegh et son cabinet de Front national a été mené sous la direction de la CIA dans un acte de politique étrangère".

 Endeumo

Le destin de l'Iran depuis plus d'un siècle est entre les mains des anglo-saxons dont la stratégie consiste aujourd'hui à favoriser l'islamisme radicale afin de diviser le Moyen Orient, donc d’affaiblir les détenteurs de ses ressources énergétiques, et de fournir un nouvel ennemis crédible à l'Occident.